L’EAU POTABLE

LA QUALITÉ DE L’EAU

Les résultats des contrôles sanitaires

En France, l’eau du robinet est l’un des aliments les plus contrôlés. Elle fait l’objet d’un suivi sanitaire permanent, destiné à en garantir la sécurité sanitaire.

Vous pouvez consulter ci-dessous les résultats des analyses effectuées par l’Agence Régionale de Santé dans le cadre du programme de contrôle sanitaire des eaux destinées à la consommation humaine.

Ces contrôles sanitaires ont pour objet de vérifier la conformité de ces eaux aux exigences de qualité réglementaires. Les lieux de prélèvement des échantillons, le contenu des analyses à effectuer, leur fréquence et les méthodes analytiques de référence utilisées sont déterminées par la réglementation.

Il ressort de ces différentes fiches que l’eau distribuée par la Régie est de très bonne qualité. La Régie a pour seul objectif de vous garantir en permanence cette qualité. A cette fin, elle met tout en oeuvre dans le suivi et le bon entretien de ses installations de captage, de traitement et de distribution.

Comment interpréter ces résultats

La qualité bactériologique est une exigence primordiale, compte tenu de l’impact sanitaire. Bien que les problèmes les plus fréquemment rencontrés se limitent à des désordres intestinaux, des contaminations de bactéries fortement pathogènes pourraient avoir des conséquences dramatiques.

La chloration de l’eau avant distribution a pour but de détruire ces agents pathogènes.

L’eau distribuée par la Régie ne contient aucune bactérie.

Le risque entraîné par les pesticides est celui de l’exposition à long terme, à des doses très faibles mais répétitives, avec des interactions possibles entre les différents pesticides. Les risques suspectés, sans qu’ils aient pu être démontrés à ce jour, pourraient être des cancers (leucémies notamment), des troubles du système nerveux ainsi que des troubles de la reproduction.

L’eau distribuée par la Régie, en provenance du basin versant de la Siagne et de la plaine de Caille a la chance de, par son origine, ne pas subir de pollutions aux pesticides issus de l’agriculture. En conséquence, la totalité des prélèvements effectués par l’ARS sont conformes aux exigences réglementaires.

La dureté de l’eau (ou titre hydrotimétrique TH) se mesure en degrés français (°f) et indique le niveau de calcaire dans l’eau. Or le calcaire n’est que du carbonate de calcium associé à du carbonate de magnésium. La dureté est sans conséquence sur la santé humaine puisque le calcium et le magnésium sont des constituants essentiels de notre organisme.

Par contre, une eau trop dure peut avoir des inconvénients domestiques dûs à la précipitation du calcaire (dépot de tartre).

L’eau distribuée par la Régie a un TH compris entre 19 et 21°f, correspondant à une eau moyennement dure.

La présence de nitrates dans l’eau indique une pollution agricole, domestique ou industrielle. En France, sa teneur dans les eaux destinées à la consommation humaine ne doit pas dépasser 50 mg/L. Les points de prélèvement de la Régie (principalement la source de la Pare et le canal EDF) sont préservés de ce type de pollution. Les nitrates sont donc quasiment absents de l’eau distribuée.

Il est possible de trouver de l’arsenic organique dans l’eau naturelle. Il provient de la dissolution de certaines roches et minéraux. Ces formes d’arsenic organiques, retrouvées aussi dans la plupart des poissons et coquillages, sont moins dangereuses pour la santé et facilement digérées par l’organisme. L’industrie contribue également à la présence d’arsenic dans certaines régions.

Le fluor (symbole F dans le tableau périodique des éléments) compte parmi les oligo-éléments essentiels. Il peut être naturellement présent dans l’eau. Au sein de l’organisme, il se trouve principalement dans les os et les dents. En cas d’excès, une fluorose dentaire ou osseuse peut être observée.

Sa teneur dans l’eau du robinet est limitée à 1,5 mg/l.

LA QUALITÉ DE L’EAU

Les résultats des contrôles sanitaires

En France, l’eau du robinet est l’un des aliments les plus contrôlés. Elle fait l’objet d’un suivi sanitaire permanent, destiné à en garantir la sécurité sanitaire.

Vous pouvez consulter ci-dessous les résultats des analyses effectuées par l’Agence Régionale de Santé dans le cadre du programme de contrôle sanitaire des eaux destinées à la consommation humaine.

Ces contrôles sanitaires ont pour objet de vérifier la conformité de ces eaux aux exigences de qualité réglementaires. Les lieux de prélèvement des échantillons, le contenu des analyses à effectuer, leur fréquence et les méthodes analytiques de référence utilisées sont déterminées par la réglementation.

Il ressort de ces différentes fiches que l’eau distribuée par la Régie est de très bonne qualité. La Régie a pour seul objectif de vous garantir en permanence cette qualité. A cette fin, elle met tout en oeuvre dans le suivi et le bon entretien de ses installations de captage, de traitement et de distribution.

Comment interpréter ces résultats

La qualité bactériologique est une exigence primordiale, compte tenu de l’impact sanitaire. Bien que les problèmes les plus fréquemment rencontrés se limitent à des désordres intestinaux, des contaminations de bactéries fortement pathogènes pourraient avoir des conséquences dramatiques.

La chloration de l’eau avant distribution a pour but de détruire ces agents pathogènes.

L’eau distribuée par la Régie ne contient aucune bactérie.

Le risque entraîné par les pesticides est celui de l’exposition à long terme, à des doses très faibles mais répétitives, avec des interactions possibles entre les différents pesticides. Les risques suspectés, sans qu’ils aient pu être démontrés à ce jour, pourraient être des cancers (leucémies notamment), des troubles du système nerveux ainsi que des troubles de la reproduction.

L’eau distribuée par la Régie, en provenance du basin versant de la Siagne et de la plaine de Caille a la chance de, par son origine, ne pas subir de pollutions aux pesticides issus de l’agriculture. En conséquence, la totalité des prélèvements effectués par l’ARS sont conformes aux exigences réglementaires.

Elle se mesure en degrés français (°f) et indique le niveau de calcaire dans l’eau. Or le calcaire n’est que du carbonate de calcium associé à du carbonate de magnésium. La dureté est sans conséquence sur la santé humaine puisque le calcium et le magnésium sont des constituants essentiels de notre organisme.

Par contre, une eau trop dure peut avoir des inconvénients domestiques dûs à la précipitation du calcaire (dépot de tartre).

L’eau distribuée par la Régie a un TH compris entre 19 et 21°f, correspondant à une eau moyennement dure.

La présence de nitrates dans l’eau indique une pollution agricole, domestique ou industrielle. En France, sa teneur dans les eaux destinées à la consommation humaine ne doit pas dépasser 50 mg/L. Les points de prélèvement de la Régie (principalement la source de la Pare et le canal EDF) sont préservés de ce type de pollution. Les nitrates sont donc quasiment absents de l’eau distribuée.

Il est possible de trouver de l’arsenic organique dans l’eau naturelle. Il provient de la dissolution de certaines roches et minéraux. Ces formes d’arsenic organiques, retrouvées aussi dans la plupart des poissons et coquillages, sont moins dangereuses pour la santé et facilement digérées par l’organisme. L’industrie contribue également à la présence d’arsenic dans certaines régions.

Le fluor (symbole F dans le tableau périodique des éléments) compte parmi les oligo-éléments essentiels. Au sein de l’organisme, il se trouve principalement dans les os et les dents. Il est naturellement présent dans l’eau. En cas d’excès, une fluorose osseuse ou dentaire peut être observée.

Sa teneur dans l’eau du robinet ne doit pas excéder 1,5 mg/l. L’eau distribuée par la Régie ne contient pas de fluor.